Les 3 Royaumes de Corée

OR ET JADE POUR SHILLA

Le Royaume de Shilla (신라 / 新羅) a été fondé en 57AV.JC par PARK Hyeokgeosae (박혁거세 / 朴赫居世), et fut démembré par la fondation de Koryeo en l’an 935. Le titre de Geoseogan / 거서간 / 居西干 qui fut donné à Hyeokgeosae signifiait « Roi » dans le langage de Jinhan (진한 / 辰韓). Il serait né dans un œuf et se serait marié avec Dame Alyeong (알영, 閼英), que l’on disait être né des cotes d’un dragon.

Jinhan était la confédération libre de 3 clans, les « Samhan » (삼한 / 三韓): Jinhan, Mahan (마한 / 馬韓) et Byeonhan (변한 / 弁韓).Elle exista du Ier siècle AV.JC avant d’être absorbée par Shilla au IVe siècle.

La famille qui dirigea le Royaume de Shilla le plus longtemps et eu l’impact le plus décisif sur son évolution fut la famille KIM (김, 金). Jusqu’au IIIe siècle, Shilla ne fut qu’une cité-état, avec quelques influences sur les clans à proximité.
En l’an 377, le Roi Naemul « Miripgan » (내물 마립간 / 奈勿麻立干) imposa une monarchie centralisée et héréditaire afin de stabiliser le Royaume contre les troubles politiques internes et l’influence des voisins extérieurs (notamment la Chine et le Japon qui envahiront la péninsule à plusieurs reprises).

Sous pression durant de nombreux siècles, le Royaume de Shilla finit par conquérir le Royaume de Koguryeo au nord sous le règne du Roi Munmu (문무왕 / 文武王) et du Général KIM Yu-shin (김유신 / 金庾信) en 668. L’alliance avec la Chine des Tang et la conquête du Royaume de Baekje apporta beaucoup à cette dernière conquête.

Durant toute cette période, le Royaume de Shilla était un État parfaitement structuré et fonctionnant sur un régime quasi-identique à celui des castes. On appelait ce système: L’os creux (Gol Pum Jaedo / 골품제도 / 骨品制度).
Extrêmement rigide, uniquement héréditaire, ce système avait pour vocation première de récompenser la valeur de l’individu uniquement par l’héritage des efforts de ses ancêtres, comme « gage social ». Rationnel au début, le système comportait à la chute du Royaume de Shilla (période de Shilla unifié) près de 17 rangs, dont 6 proéminents mais empêchant toute progression au-delà d’un certain seuil.


Au Xe siècle, doté d’une administration moderne et bien hiérarchisée, le Royaume commençait déjà à sombrer dans une bureaucratie délirante et ultra-conservatrice des fonctionnaires, ce qui ne fit qu’accélérer sa décadence et sa chute. L’exemple typique fut le lettré confucéen CHOE Chi-won (최치원 / 崔致遠), qui une fois rentré de Chine comme chef de délégation, proposa des réformes qui furent refusées simplement parce que son rang était trop faible par rapport aux conseillers royaux.
Ce système posa les premières bribes de ce qui deviendra le berceau du confucianisme moderne coréen.


Le Royaume de Shilla fut et reste réputé pour la production de son artisanat extrêmement raffiné. Ainsi, dans les « Chroniques du Japon » (Nihon Shoki / 日本書紀) rédigé par le le Prince Toneri (舎人親王), O No Yasumaro (太安万侶) et d’autres historiens en l’an 720, il est fait mention « d’un pays qui est rempli de splendeurs d’or et d’argent comme le Royaume de Shilla ».
Al-Idrisi (ادريس الادريسي) géographe et botaniste marocain du XIIe siècle, enregistra que « l’Or est si commun à Shilla que les gens l’utilisent pour faire des chaînes pour les chiens et des colliers pour les singes ».
La réputation alla même jusqu’au rives de la mer Noire, à Samarcande ou dans les provinces éloignées de la Biélorussie.

On retrouva ainsi dans des sarcophages et des tombes royales près de Gyeongju, plusieurs artefacts faits d’or pur et de jade. Aucun bijou ou artefact, excepté chez les Samares, n’avait eu de qualité et de raffinement égalant le travail des artisans de Shilla.



Continuez votre lecture Sur notre blog